Cultur&Vous


« On avait la jeunesse à soi » – Lecture du 01/12/2017

Frise logo Fréquence Lire

Montage de textes à partir du carnet de guerre de Gabriel Pinta et du témoignage de Madeleine Imbert (guerre de 14/18 et 1936), d’après Anny Blaise Resnik. 

Lectrices Anny Blaise Resnik et Brigitte Couston.

Flyer On avait la jeunesse à soi

« J’ai enregistré le témoignage de Madeleine, il y a 17 ans, deux ans avant sa mort. Elle avait 95 ans.

En effet, enfant en 1914, jeune femme en 1936, elle a traversé des périodes de guerre, de mouvements sociaux, importants.
Madeleine, attachante, haute en couleurs a traversé le 20ème siècle. Avec courage, elle a transmis à plusieurs générations de sa famille des valeurs humaines qu’il me semblait important de perdurer.
L’enregistrement est resté dans un tiroir presque deux décennies. Puis, un jour, un ami m’a confié le carnet de guerre et les mémoires de son grand-père Gabriel. Et il m’a demandé si je pouvais en tant qu’auteur « en faire quelque chose ».

En lisant les écrits de Gabriel, les enregistrements de Madeleine ont refait surface. Et comme une évidence « ces deux là »  devaient « se rencontrer ».
Le choix des textes de Gabriel, des témoignages de Madeleine fut complexe tant l’écriture de l’un, les témoignages de l’autre étaient d’une richesse humaine remarquable.

Puis de lectures en écoutes, un fil conducteur s’est dégagé. Gabriel dans ses écrits nous enseigne l’espoir, le respect de l’autre, le refus et la stupidité de la guerre. Madeleine dans ses témoignages transmet l’engagement humain, la révolte…

Le lien était là comme une évidence. » Anny Blaise Resnik



Merci au Foyer Protestant de Valence d’avoir permis à Fréquence Lire d’utiliser sa petite salle de spectacle chaleureuse et conviviale pour un coût symbolique. La lecture a pu se faire dans une atmosphère très intimiste. Ce qui a permis à chaque spectateur de savourer la qualité du récit, et l’émotion qui s’en dégageait…

Facebooktwittergoogle_pluspinterestlinkedinmail