Anaël, Boris et Maurice…


À l’école de Beaumont-Les-Valence…

Anaël, Boris et Maurice, trois vrais personnages !

Juste avant les Rencontres des 18 et 19 juin 2021, les 10 et 11 juin, Anaël ASSIER intervient dans plusieurs classes de l’école de Beaumont-Les-Valence à l’initiative de Fréquence Lire. Et quelles rencontres ! Quel retour ! Quel plaisir pour nous, membres de Fréquence Lire, lorsque les témoignages nous parviennent et que l’objectif est très très largement atteint… 🥰

Merci à Fabienne Mollier citée ci-dessous pour ses mots, sa disponibilité et son enthousiasme.

Anaël assailli de questions par les élèves d'une classe de l'école de Beaumont Les Valence.

Témoignage…

Fabienne MOLLIER, enseignante à Beaumont-Lès-Valence :

« L’an dernier, un membre de Fréquence Lire est venu dans notre école présenter les actions de votre association. Elle nous a présenté les auteurs présents aux prochaines rencontres de Fréquence lire et nous a proposé d’aider au financement de la venue de l’un d’eux à l’école. Il se trouve que je venais de lire Boris et Maurice d’Anaël Assier.
Grâce à votre aide, nous avons donc décidé de le faire intervenir dans notre école. Entre le mois de mars et le mois de mai, toutes les classes ont lu Boris et Maurice. Dans chaque niveau, un travail a été proposé, depuis des ateliers de philosophie en CP jusqu’à des fiches de lecture en CM2.
Les 10 et 11 juin, Anaël a passé les deux journées dans l’école. Il est intervenu dans chacune des 11 classes pour présenter son métier et répondre aux questions des élèves. Il a même animé un atelier d’écriture avec les CP. Ces interventions, de qualité, et son attention aux élèves, ont fait de ces interventions des moments très appréciés des élèves et de leurs enseignants.
Certains élèves sont retournés le voir lors du salon du livre.
Les élèves ont adoré son livre, et ses interventions. À tel point que nous avons effectué une commande de 134 livres (pour 275 élèves).
Sans l’intervention de Fréquence Lire, nous serions passés à côté de ce partenariat de qualité avec un artiste. Un grand merci à vous donc!
Bref, une réussite complète, des enfants qui ont envie de lire, d’écrire, de partager!
Devant cet enthousiasme, nous avons décidé de faire l’an prochain, avec Anaël, un travail d’écriture dans chaque classe. Le projet est de faire un livre (éditable) et de le vendre au profit d’une association que les enfants auront définie en conseil d’élèves. »

Au collège de Portes-Les-Valence…

Anaël Assier est un auteur de chez nous… Et Boris et Maurice sont deux petits cochons d’Inde de chez lui… 🙂

Nous les avons rencontrés début décembre 2019, à la librairie Au détour des mots à Tournon-Sur-Rhône. Et depuis, nous écrivons ensemble de très jolies histoires avec beaucoup d’enfants qui sont ravis de faire leur connaissance…

La première rencontre initiée par Fréquence Lire a eu lieu au collège de Portes-Les-Valence, le 4 février 2021, dans le cadre du club lecture. Anaël Assier a alors parlé de son métier d’auteur aux élèves réunis autour de lui.

Les dessins de Boris et Maurice effectués par les enfants du club lecture du collège de Portes les Valence

Couverture du livre de Anaël Assier, Les Petites et grandes questions de Boris et Maurice, contes philosophiques pour enfants

Boris et Maurice, mais comment sont-ils nés ?

Question d’une élève : « Comment vous avez fait pour  imaginer les personnages de Boris et Maurice ? »

Réponse d’Anaël : « Alors en fait, c’est très simple, j’ai très peu d’imagination. Du coup, j’ai regardé dans mon environnement direct. Et il s’avère que j’avais deux cochons d’Inde. C’est vraiment Boris le cochon d’Inde noir. Et l’autre, c’est vraiment Maurice. Je l’explique un petit peu au début du livre. En gros, j’ai voulu prendre ces petits personnages comme héros. »

Et d’expliquer que ces deux petits cochons d’Inde promis à une fin terrible lui ont été un jour proposés à l’adoption par une de ses copines assistante vétérinaire. Une seule photo de ces deux petites bêtes « trop mimi »  et le voilà qui craque !

« J’ai vécu avec eux plusieurs années et puis j’avais l’impression qu’ils se racontaient des trucs. Donc je me suis dit que ça ferait un bon support. Et en fait,  je leur avais fait la promesse qu’ils auraient un grand destin. Et quand je te dis que j’ai peu d’imagination, c’est vrai, parce que à chaque fois je ne me suis inspiré que de situations que j’avais vécues. « 

 


Facebooktwitterpinterestlinkedinmail