L’auteur Ahmed KALOUAZ invité à Valence et Romans

Comme il n’avait pas pu intervenir en novembre 2020 comme cela avait été prévu dans notre programme, l’auteur Ahmed Kalouaz a été accueilli le 21 janvier au collège Paul Valéry, à Valence. Ainsi qu’au lycée du Dauphiné à Romans-sur-Isère. Daniel Salles et Anne Labaune Sirlin, tous deux membres de Fréquence Lire, ont accueilli l’auteur à la gare de Valence, et l’ont accompagné lors de ses déplacements et de ses interventions.

Durant cette journée auprès des scolaires, Ahmed Kalouaz a répondu aux questions des élèves, parlé de ses méthodes d’écriture, reçu des lettres écrites en cours suite à la lecture de ses romans, signé leurs livres…

Ahmed Kalouaz au collège Paul Valéry

Ahmed Kalouaz au collège Paul Valéry
Signature au collège Paul Valéry

Ahmed Kalouaz au lycée du Dauphiné à Romans

Ahmed Kalouaz devant un groupe d'élèves

Accueilli dans le tout nouveau et magnifique CDI du lycée du Dauphiné à Romans, Ahmed Kalouaz a répondu aux questions des élèves.  Leur a parlé de ses rencontres et de la manière dont il a conçu les romans qu’avaient lus les élèves. Il a donné aussi des conseils de lecture à ceux qui ont lu à voix haute un extrait qu’ils avaient préparé dans le cadre d’une présentation au prochain concours de lecture de la Grande Librairie


L’auteur a raconté aux élèves comment un roman naît en lui :
  • suite à des rencontres, à des pensées, à des histoires qui l’ont marqué. Il écrit dans des petits carnets (pas de syndrome de la page blanche). Ou s’enregistre au dictaphone quand il est en voiture. “Si les lignes arrivent, je les note dans mon carnet, sinon je ne les attraperai plus. C’est un état particulier et fugitif du cerveau.”
  • Les personnages et le roman en cours sont toujours avec lui, même quand il n’écrit pas.
  • “Il n’y a pas d’école pour apprendre à écrire, c’est une affaire de progression. L’essentiel, c’est l’observation et l’émotion éprouvée : un personnage vu dans la rue ou une situation vécue deviennent un personnage.”
  • Il écrit environ 3h30 par jour, soit 4 pages pour une bonne journée. Et une fois qu’il a commencé un livre, c’est un besoin vital de l’écrire jusqu’au bout.
Photo de cinq des romans d'Ahmed Kalouaz : uppercut - la maraude - les regards des autres- je préfère qu'ils me croient mort -la première fois, on pardonne
Uppercut, inspiré de l’histoire vraie de Robin Carter, et qui traite du racisme, est un de ses livres les plus vendus y compris dans des régions qui votent Front National

Ahmed Kalouaz parle de harcèlement aux élèves

Le harcèlement, un sujet que l’auteur a bien décortiqué dans son roman Les regards des autres.

Et sujet également bien connu de certains élèves du lycée du Dauphiné. Puisque certains, avec l’aide d’un adjoint d’enseignement et artiste rappeur (PRAC6), ont réalisé un clip en 2019/2020. Ce clip, coup de coeur du jury, a ensuite obtenu un prix académique. Fréquence Lire aime et partage :

Facebooktwitterpinterestlinkedinmail